fbpx

H.A.V. de PHILIPPE GORDIANI

Concert sous casque à conduction osseuse dans un dispositif multi-phonique.

Une nouvelle expérience d’écoute qui plonge les auditeurs dans un état de confusion proche des hallucinations auditives grâce à un dispositif de double écoute intérieure / extérieure.
Équipés de casques à conduction osseuse, auditeurs et auditrices se prêtent à une audition dédoublée : le son est aussi bien transmis par les casques que via les haut-parleurs qui entourent le public. Ainsi, une voix peut résonner dans nos têtes, tandis qu’un décor sonore se déploie dans l’espace. Le compositeur explore ce dispositif sous l’angle d’une dramaturgie de la perception, en croisant la musique électronique, des phénomènes d’hallucination auditive et verbale (H.A.V.) et des extraits de textes issus de la littérature de science-fiction (Aldous Huxley, J.G. Ballard, Greg Egan).

Une plongée littéraire dans le dédale des hallucinations auditives
En utilisant des extraits de textes d’Aldous Huxley, de James Graham Ballard ou de Greg Egan, Philippe Gordiani questionne le principe des H.A.V. en faisant référence à la schizophrénie, à la perception modifiée sous l’emprise de drogues ou à l’ultra réalité. L’artiste retranscrit en musique ce que ces auteurs dépeignent avec les mots. L’espace du son devient alors une variable d’écriture.

Les H.allucinations A.uditives V.erbales
L’hallucination auditive, également connue sous le nom de paracousie, est un type d’hallucination dans lequel le patient perçoit des sons sans aucun stimulus auditif réel, c’est-à-dire que ces sons n’existent pas. Les hallucinations auditives sont souvent ressenties par les personnes souffrant de tumeurs cérébrales, d’épilepsie, de migraines, de la maladie d’Alzheimer, de démence, ou de schizophrénie…. Elles peuvent également être induites par certaines drogues, comme les amphétamines et la cocaïne.

La double écoute
Les casques à conduction osseuse fonctionnent sur le principe de l’osthéophonie, un phénomène de propagation du son jusqu’à l’oreille interne via les os du crâne. Ces casques laissent les oreilles complètement ouvertes. Ils sont posés sur la partie osseuse se trouvant à 3 ou 4 cm devant l’orifice auriculaire.
L’espace sonore multiphonique est un dispositif qui participe au trouble des repères spatiaux de l’auditeur et se fonde sur la réception simultanée ou asynchrone de sons via la perception solidienne et aérienne. Ce système son immersif, omniprésent, permet un rapport d’écoute singulier.
Les spectateurs profitent ainsi d’un relief sonore inédit, où l’espace intérieur de l’écoute se confond à l’espace extérieur des sons.

Distribution & Mentions légales

Production artistique et diffusion : Philippe Gordiani
Scénographie / Lumières : Nicolas Boudier
Voix féminine : Alexia Chandon-Piazza
Voix masculine : Thomas Poulard
Régie générale : Camille Lézer

Production déléguée : La Muse en Circuit – CCNCM
Coproduction : Festival Musica
Partenaire & Soutien : Pygmophone

Remerciement pour l’utilisation des extraits à :

Éditions Tristram
Ce que je crois de J.G. Ballard, nouvelle extraite des nouvelles complètes 1972/1996 volume 3 éditions sous la direction de Bernard Sigeaud.
Le Débruiteur de J.G. Ballard, nouvelle extraite des nouvelles compètes 1956/1962 volume 1 éditions sous la direction de Bernard Sigeaud.

Éditions du Rocher
Les Portes de la perception d’Aldous Huxley

Agenda

2022-23

09 > 20/05 : résidence de recherche à La Muse en Circuit, Alfortville
28 & 29/09 : Festival Musica [ + ]