fbpx

photos © Rudy Étienne

FAME

Performance solo
Julia Robert

Dans Fame, Julia Robert nous plonge dans les abysses de la célébrité à travers l’exemple d’icônes qui résonnent en elle, se laissant traverser par leurs gloires et leurs détresses au risque d’accéder à la terrifiante conscience de son propre reflet. Une performance entre intimité et toute puissance qui révèle ses multiples talents.

“La notion de célébrité me poursuit depuis mon plus jeune âge (pour des raisons homonymiques évidentes) et continue de m’interroger quotidiennement. On me demande encore si cela résultait d’une volonté de mes parents d’accoler à mon nom le prénom de Julia, à l’instar d’une des actrices les plus “bankable” d’Hollywood !

À travers ma propre transformation, j’ai cherché à représenter la part sombre et la folie du désir de célébrité. Afin de les incarner j’ai rassemblé des personnalités troubles aux parcours fougueux, qui se répondent entre elles et qui ont marqué ma vie intimement : David Bowie, Nina Simone, Jimi Hendrix, Maria Callas, Julia Roberts, Harvey Weistein, Charles Manson, Sharon Tate.”


> Télécharger le dossier de présentation (pdf)
> Facebook de Julia Robert
> Instagram de Julia Robert
> Chaîne Youtube de Julia Robert



> Interview de Julia Robert par Zibeline

Distribution

Julia Robert – Alto augmenté chant, performance et conception
François Chaignaud, Lasseindra Ninja, Justine Bachelet et Bastien Mignot – Regards extérieurs
Maxime Blotin – costumes
Clément Lemêtre – Son
Marinette Buchy – Lumières
Rudy Étienne – Crédit photographique & vidéo

Julia Robert

Julia Robert termine en 2013 un troisième cycle supérieur d’alto, spécialisé dans le répertoire contemporain au CNSMD de Lyon dans la classe de Christophe Desjardin et se forme à Berlin auprès de Friedemann Weigle (Quatuor Artemis).
À l’occasion du Festival de Darmstadt de 2014, Julia Robert rencontre la « nouvelle génération de compositeurs ». Inspirée par leur créativité, elle fonde la Compagnie Leidesis et le Quatuor IMPACT avec la volonté de défendre un répertoire de musique nouvelle qui décloisonne les genres et développe un rapport au son et au geste libéré des contraintes conventionnelles. Ainsi naît le premier projet du Quatuor : Les Automates de Descartes axé sur la mécanique du geste avec comme regard extérieur Johanne Saunier (Compagnie Rosas d’Anne Teresa de Keersmaeker). Cardinales, leur deuxième création en collaboration avec Giani Caserotto, est un dispositif immersif où le public, assis au centre du Quatuor sonorisé, navigue dans un océan de son et de lumière.

En mars 2020, le Quatuor IMPACT a enregistré Forest Gazing composé et interprété par et avec Carol Robinson pour birbynė & Quatuor à cordes à Radio France dans l’émission Création Mondiale d’Anne Montaron. Actuellement le Quatuor IMPACT collabore avec la metteure en scène Marine Mane sur sa future création Knit avec entre autres le compositeur Karl Naegelen.

En 2017, Julia Robert a intégré l’O.N.C.E.I.M. (Orchestre National des Nouvelles Créations, Improvisations et Expérimentations) et a notamment participé aux œuvres Gruidés de Stephen O’malley et Occam Ocean d’Éliane Radigue. Julia Robert a récemment intégré Rayon vert de Jocelyn Mienniel dont la création a eu lieu au Salmanazar en mars 2020. De cet orchestre va naître un trio avec Jocelyn Mienniel à la flûte et Aurélie Saraf à la harpe.

Elle s’est produite à l’alto & à la viole d’amour avec Garth Knox, avec lequel elle a enregistré le disque Léonard sorti chez Tzadik, qui réunit des Anges issus du Book of Angels (vol.30) de John Zorn. Julia Robert vient d’enregistrer un solo à l’alto et à la viole d’amour augmenté.e.s entre improvisation et écriture au Why Note de Dijon.

Elle a composé et joué la musique de Ce qui demeure d’Élise Chatauret, repris au Festival d’Avignon 2018 à la Manufacture. Le chorégraphe Pol Pi vient de lui confier la création sonore de son futur projet Daté.e.s dans lequel elle développe le montage de bandes au Revox.

Enfin, Julia Robert, entame une démarche de performance avec Fame pour un seul en scène sur le thème de la célébrité. On retrouvera par ailleurs quelques extraits de ce projet dans le “Grand Dégenrement” de Blaise Merlin où Julia partage la scène avec Leïla Martial, Élise Caron, Camille Boitel, Joëlle Léandre, Noémi Boutin, Marlène Rostaing, les Capilotractées et Aurélien Barrau.


> Quatuor Impact facebook

Production

Production : La Compagnie Leidesis
Coproductions : La Muse en Circuit, Centre National de Création Musicale (Alfortville) / Théâtre de Vanves, Scène Conventionnée / Royaumont, Centre International pour les artistes de la musique et de la danse (Asnières sur Oise) / Why Note, Centre de Création Musicale (Dijon)
Soutien pour les résidences (accueil) : Montévidéo Centre d’Art (Marseille) / Césaré, Centre National de Création Musicale (Reims) / Le Nouveau Théâtre de Montreuil, Centre Dramatique National / Le Cube, Centre de création numérique (Issy-Les-Moulineaux)
Aides financières : DRAC Île-de-France (aide à la structuration et aide au pluridisciplinaire), Région Île-de-France (aide à la création)
Production et diffusion : Alice Couzelas | alice.leidesis@gmail.com
Administration : Adeline Ishiomin | adm.leidesis@gmail.com
Crédit photographique & vidéo : Rudy Étienne

Agenda

2020-21

25 mars 2021 | Festival Art Danthé | Théâtre de Vanves [+]
11 mars 2021 | ‘Soirées performances’ | Scène Nationale d’Orléans [+]
21 & 22 janvier 2021 | Atelier du plateau, Paris [+]
16 décembre 2020 | Sortie de résidence | Montevidéo, Marseille [+]
ANNULÉ | 14 mars 2020 | [Déca]danse #5 / festival Art Danthé |
Théâtre de Vanves, Paris [+]
14 février 2020 | Le Grand Dégenrement – Blaise Merlin (extraits)
Bonlieu Scène nationale, Annecy [+]
31 janvier 2020 | MuseInSitu | La Muse en Circuit, Alfortville [+]

2018-19

16 novembre 2019 | CAC la Traverse, Alfortville
05 octobre 2019 | Festival Musica, extraits dans le cadre du
‘Grand Dégenrement’, Strasbourg
07 septembre 2019 | Festival Qubit, version performative, New York (US)
08 juin 2019 | DSXL, version performative ‘Voguing’
23 mars 2018 | Festival Artdanthé, Théâtre de Vanves, Vanves

Sur Charles Manson

Dans cette séquence, j’explore pourquoi les tueurs en série sont devenus omniprésents dans la culture populaire. Suis-je l’incarnation du mal : Charles Manson, certainement le tueur en série le plus connu dans le monde, ou suis-je son exact opposé et victime : Sharon Tate, star montante d’Hollywood enceinte au moment des faits, symbole du bien absolu. 

Plus largement dans mon travail, par le biais de la pose et de la performance, je cherche à élargir mon spectre en allant aussi creuser vers un état solitaire tout en jouant la multiplicité de personnages :
Suis-je une célébrité dans sa loge confinée avec narcisse ? 
Un homme trans en quête d’un corps féminin ?
Une femme revêtant les « masques » de célébrités dans sa chambre ? 
Dans tous les cas, il s’agit d’un rituel