fbpx

reVox : mémo sonore ou les lectures rembobinées

Ateliers de création vocale et visuelle en lycée, dans le cadre du Programme
d’éducation artistique et culturelle de la Région Île-de-France.

Avec Charlie Beatbox, Angèle Chemin, Elise Dabrowski, Victor Duclos, Grégoire Korganow et Rouda

‘Le Cycle des souvenirs’, un thème sur la transformation

reVox s’inspire du Cycle des souvenirs de Luc Ferrari, compositeur emblématique de la musique électro-acoustique. Cette œuvre joue sur les questions de mémoire affective et personnelle comme collective, des notions fondamentales qui modèlent la construction de la personnalité et agissent sur les choix de vie. Le souvenir met en jeu les notions de travail de la mémoire, sa transformation au fil du temps, sa relecture, mais également sa persistance, son impression, sa résilience, bref, un motif répété qu’on embobine et rembobine, que l’on module à volonté pour (se) raconter des histoires. Tout ceci définit un mouvement, un cycle renouvelé, jusqu’à constituer un ‘mémo pour soi’ et des mots pour soi.

Un projet collaboratif pour faire sonner les mots

Cinq artistes de la création sonore – musiciens, chanteurs, slameurs, beatboxers, etc. – et un artiste du visuel sont associés à ce projet.
Grâce au travail autour de la voix et par l’usage d’outils audionumériques, reVox propose aux lycéens une autre approche de textes, qu’ils soient littéraires ou liés aux autres disciplines enseignées. L’objectif est de travailler en profondeur la réécriture, la lecture et les multiples possibilités de leur interprétation grâce aux nouvelles technologies sonores. La pratique de la musique, de l’oral et leurs enjeux sont au cœur de ce projet.

Relier le texte à soi

En s’appuyant sur la thématique du souvenir et de la répétition, les lycéens s’appuient sur un corpus de textes à réinterpréter, et en s’aidant des techniques proposées par les artistes intervenants.
La voix est un instrument naturel qui rend possible une infinité d’approches et qu’il s’agit d’apprivoiser. C’est cette re-création vocale et sonore toute personnelle qui sera enregistrée pour être intégrée à l’œuvre finale.

La restitution : une installation sonore et visuelle

L’ensemble des créations réalisées par les élèves fusionnera en une grande installation sonore et visuelle, réalisée par Grégoire Korganow. Cette œuvre fera l’objet d’une présentation dans les studios de La Muse en Circuit. Les élèves seront conviés à la restitution en tant que co-créateurs de cette œuvre collective. Ils pourront y présenter leur travail et leur démarche auprès des visiteurs, et bénéficier également d’une action de médiation par nos équipes, sur les métiers du son et du spectacle vivant notamment.

Lycées participants

Lycée professionnel Château d’Epluches, Saint-Ouen-l’Aumône (93)
Lycée Jacques Amyot, Melun (77)
Lycée Professionnel Hélène Boucher, Tremblay-en-France (93)
Lycée Hardouin-Mansart, Saint-Cyr l’Ecole (78)
Lycée Polyvalent Eugène Hénaff, Bagnolet (93)
Lycée Diderot, Paris (75)


Contacts
Aurélie Mydlarz : aurelie.mydlarz [at] alamuse.com
Cédric Govaere : cedric.govaere [at] alamuse.com


Soutiens
Action financée par la Région Île-de-France.

LES ARTISTES INTERVENANTS

Angèle Chemin

Artiste lyrique formée auprès d’Elsa Maurus, Robert Expert et Malcolm Walker.

Elle creuse sa voie dans la création contemporaine et collabore avec des compositeurs tels que Michaël Levinas, Stefano Gervasoni, Helmut Lachenmann, Bernard Cavanna, Georges Aperghis, Daniel D’Adamo, Roland Auzet, Mathieu Bonilla, Élise Dabrowski, etc.

Parmi ses récentes créations et spectacles, les opéras Pain Maudit d’Élise Dabrowski (GMEM Marseille, La Muse en Circuit, Théâtre de Vanves), Bureau 470 de Tomas Bordalejo, Forge de Gabriel Philippot (Opéra de Reims), HIP127 ou la constellation des cigognes, opéra pour soprano et sept jongleurs (direction Daniel Kawka) de Roland Auzet, Jérôme Thomas et Martin Palisse (Opéra de Limoges et tournée nationale), Tingel Tangel de Georges Aperghis pour soprano cymbalum et accordéon avec Françoise Rivalland et Vincent Lhermet (Festival Musiques démesurées, Opéra de Lille, Centre culturel Onassis à Athènes). 

En 2019, elle est Jeune Talent du Festival de Saint-Denis en duo avec la harpiste Annabelle Jarre. Le concert Chemins de traverses en trio avec Françoise Rivalland et Vincent Lhermet est enregistré par France Musique en janvier 2018 pour l’émission Le Concert du soir d’Arnaud Merlin. En mai 2018, elle est invitée avec le Trio Fauve à participer à l’émission Génération Jeunes Interprètes de Gaëlle Le Gallic. 

Charlie Beatbox

De formation classique (CFEM musiques classique, contemporaine et afro-cubaine), Charles Robert alias Charlie Beatbox pratique le beatbox depuis son enfance.

Aujourd’hui musicien professionnel, il poursuit ses activités en tant qu’intervenant à la Philharmonie de Paris (Cité de la musique), participe à de nombreux groupes (Balbazar, French beatbox Family, kordaccord, Barbarie chante Barbara…) et collabore à différents festivals (Wather, Nuits Sonores, le Roi Arthur, la Pamparina, Vélo Vintage, les Affranchis, les Rdv de l’Erdre, les Folles Journées…).

Après une année passée au Brésil, Charlie Beatbox s’intéresse aux rythmiques d’Amérique du Sud, cherchant sans cesse à décloisonner les genres musicaux.

Elise Dabrowski

Élise Dabrowski débute à la Maîtrise de Radio France en chantant dans les Trois petites liturgies de la présence divine d’Olivier Messiaen et dans la Troisième symphonie de Mahler avec le Boston Symphony Orchestra dirigé par Seiji Ozawa. Elle participe à de nombreuses créations de Thierry Pécou, Édith Lejet, Gérard Condé, Claude Ballif. Elle est sélectionnée par le Centre d’Art Lyrique de la Méditerranée où elle perfectionne sa voix. Engagée au Festival Junger Künstler de Bayreuth pour chanter Des Knaben Wunderhorn de Malher, elle aime particulièrement le répertoire allemand.

Elle se consacre à la création contemporaine : La Rhésérection de Jonathan Pontier, Chant d’hiver de Samuel Sighicelli, La Métamorphose de Michaël Lévinas avec l’Ensemble du Balcon dirigé par Maxime Pascal, Avenida de los Incas de Fernando Fiszbein à l’Opéra de Lille avec Le Balcon, Bureau 470 de Tomas Bordalejo, Crumbling Land où elle est compositrice associée et interprèt, Voyage d’hiver de Jelinek et Sébastien Gaxie, Jacob Lenz de Wolfgang Rihm au Théâtre de l’Athénée Louis Jouvet.

Elle mène en parallèle une carrière d’instrumentiste (contrebasse) et de chanteuse, croisant les deux disciplines dans des propositions inédites. Elle est également active sur la scène jazz et musique improvisée aux côté d’artistes tels que Louis Sclavis, Bruno Chevillon ou encore Joëlle Léandre. Pain Maudit, sa dernière création, est créée le 13 décembre 2019 au Théâtre de Vanves.

Victor Duclos

Formé en danse contemporaine au CNSMD de Paris et en chant lyrique au cours de masterclasses, Victor Duclos se spécialise dans les relations entre la voix et le corps.

Il danse pour les Carnets Bagouet, P. Decina, J-C. Boclé et L. Scozzi ; il chante pour J-C. Malgoire, F-X. Roth, G. Garrido et Le Balcon/M.Pascal ; il chorégraphie à l’Opéra pour E. Cordoliani ; il met en scène le théâtre musical de la Cie On Off et mène la danse pour la Cie Maître Guillaume.

Ses engagements le mènent à travailler en France : Le Châtelet, Opéra de Paris, Grand Théâtre de Bordeaux, Capitole de Toulouse, Opéra d’Avignon… Ainsi qu’à l’étranger : Opéra de Liège, Opéra de Monaco, Stadtstheater de Nuremberg.

Il est également pédagogue au CNSMD de Paris, au CRD de Pantin, au CFMI de Lille, ainsi qu’à l’école de la maternelle au lycée. Adaptant son propos pédagogique en fonction du projet et du public, il propose des ateliers alliant voix et corps, compositions musicales, textuelles et chorégraphiques, s’appuyant sur différents répertoires du traditionnel au contemporain, de la Renaissance française à la chanson à texte.

Notons qu’il se découvre auteur et compositeur pour Quand même, duo contrebasse et voix, « un travail inclassable » selon Hexagone – magazine de la chanson (automne 2018).

Grégoire Korganow

Diplômé des Arts Appliqués à l’école Estienne à Paris, il commence sa carrière comme photojournaliste en 1991 et développe d’emblée une écriture personnelle.

Il réalise pendant vingt ans des travaux pour des journaux français et internationaux de renom (Libération, New York Times, National Geographic, Marie Claire, Le Monde…). Il devient membre de l’Agence Métis dès 1998, puis de Rapho en 2002. En 2001, il cofonde le magazine photo De l’air et crée et dirige, de 1998 à 2003, la collection de livres photographiques « Avoir 20 ans » aux éditions Alternative.

Depuis 2012, il se consacre à ses travaux personnels. Photographe engagé dans le réel, il prend le parti des invisibles, s’intéresse au hors-champ, puis à l’infime. Il est régulièrement invité en résidence, ses travaux sont exposés dans des lieux prestigieux en France et dans le monde : Maison Européenne de la Photographie à Paris, Les Rencontres d’Arles, Visa pour l’image à Perpignan, Three Shadows Art Center, Beijing, Chine, Triennale de Milan, Italie, etc. 

Parallèlement, il signe depuis 2014 plusieurs films expérimentaux avec des danseurs contemporains : Les Voyageurs sélectionné au FIFDH de Genève (2018), Un temps de rêves sélectionné au Festival OVNI (2017 et 2018) ou encore L’invitation, sélectionné au Festival européen du film court à Nice (2018). 

Il enseigne la photographie en 2012 à la Faculté Paris 1 et en 2017 à l’Ecole de l’Image des Gobelins à Paris. Il conduit régulièrement des ateliers aux Rencontres d’Arles et à l’invitation de festivals français et étrangers.

En 2020, il poursuit sa recherche au long cours sur les prisons françaises avec le soutien de la Fondation M6, la Fondation des Artistes, la SCAM, Caritas et la Région Normandie. Il réalise aussi cette année une commande photographique inédite pour Chaillot – Théâtre National de la Danse à Paris.

Rouda

Rouda est un rappeur et slameur français. Fervent défenseur de la langue française, pionnier du mouvement slam, il est l’un des principaux passeurs d’une culture en ébullition qui vient en droite ligne du spoken word et de la tradition des joutes vocales.

Artiste prolifique, il multiplie les activités : tournées, créations, featurings, chroniques radio, écriture de séries TV. Son parcours de globe-trotter l’emmène de Bujumbura à Caracas, de Bamako à Los Angeles, tandis qu’en France, il anime régulièrement des ateliers d’écriture avec le Collectif 129H.

Après un duo remarqué sur le premier album de Grand Corps Malade (Parole du bout du monde), Rouda sort son premier album en 2008, chez Le Chant du Monde-Harmonia Mundi. La sortie de Musique des lettres est saluée par la critique.

Après un EP digital en 2013 (À l’ombre des brindilles), Rouda sort un nouvel album en 2016 chez Modulor. Entouré de ses amis Féfé et Oxmo Puccino, The French Guy offre 12 nouvelles tranches de vie qui respirent les sixties, la chanson et le rap. En 2019, toujours chez Modulor, Rouda sort un nouvel EP : Fatras. Cinq titres qui jouent avec la langue et le poème, s’amusant autant du maniement des mots que du statut d’artiste.