Avec Tempus Fugit, Caravaggio entend développer son travail en étroite collaboration avec le cinéma, initié avec le ciné-concert autour du film muet « Zemlia » de Dovjenko au Louvre en 2008 (qui a donné lieu à un disque), et surtout avec la rencontre de l’univers des frères Larrieu sur le film « l’Amour est un crime parfait » en 2013. Ce dernier s’est d’ailleurs transformé en 2014 en un ciné-concert « augmenté » qui a confirmé aux musiciens comme aux cinéastes l’intérêt renouvelé de la rencontre du cinéma et de la musique sur scène, dans un autre esprit que le cinéconcert classique.
Il est apparu clairement aux musiciens qu’il fallait persister dans ce travail autour d’un cinéma sonore contemporain, dont l’esthétique, le rythme, la bande-son sont proches de leur musique, un cinéma où les personnages ont une voix, un cinéma dont le réalisateur est vivant…

  • Bruno Chevillon : contrebasse, basse électrique, banjo, objets, électronique, voix
  • Eric Echampard : batterie, pad, percussions diverses, objets, voix
  • Benjamin de la Fuente : violon, guitare ténor électrique, guitare slide, objets, électronique, voix
  • Samuel Sighicelli : orgue électrique, synthétiseurs (Moog,Korg, Dave Smith), sampler, cithare, toy piano, objets, voix

 

Avec le soutien du Ministère de la Culture , de la SACEM et de la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Île-de-France