Présentation du Centre National de Création Musicale

La musique est peut-être l’exemple unique de ce qu’aurait pu être
– s’il n’y avait pas eu l’invention du langage, la formation des mots, l’analyse des idées –
la communication des âmes.

Marcel Proust

La Muse en Circuit, Centre national de création musicale, est vouée dans toutes ses activités aux musiques décloisonnant le champ de l’art sonore, musiques nouvelles voire novatrices, affranchies et audacieuses, qu’elles soient instrumentales, électroniques ou mixtes, qu’elles approfondissent les voies du seul sonore ou explorent également d’autres territoires artistiques, tels que la littérature, le théâtre, la danse, la vidéo ou les arts plastiques.
La Muse en Circuit dispose de trois espaces de travail équipés qui accueillent en résidence compositeurs, instrumentistes et artistes de toutes disciplines, en offrant à leurs projets un accompagnement de production.
Ce CNCM propose aux lieux de diffusion généralistes ou spécialisés des concerts et spectacles pluridisciplinaires de création. Il développe également son propre label de disques, Alamuse.
La Muse en Circuit se préoccupe également de la recherche, en assurant autour du numérique la veille technologique indispensable au développement des musiques de demain.
Enfin, La Muse en Circuit s’attache à développer la transmission des pratiques et savoirs musicaux, avec des actions favorisant la découverte et le partage des musiques indisciplinaires avec tous les publics.

 

La Muse en Circuit est soutenue par le ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Ile-de-France, la région Ile-de-France, le département du Val-de-Marne, la ville d’Alfortville, la ville de Paris, la SACEM et la DAAC de Créteil.
La Muse en Circuit est membre de Futurs-Composés, réseau national de la création musicale ainsi que de Profédim, Syndicat Professionnel des Producteurs, Festivals, Ensembles, Diffuseurs Indépendants de Musique.

Un geste seul n’existe pas s’il n’est continué.
Luc Ferrari

Créée en 1982 sous l’impulsion de Luc Ferrari (1929-2005), La Muse en Circuit à ses débuts était un studio de composition électroacoustique, principalement orienté vers la création radiophonique et ne disposant que d’un local privé à Vanves, dans les Hauts-de-Seine. Sa courbe croissante de notoriété suivit cependant très vite celle du compositeur, et en 1992, La Muse, dont le développement requérait plus d’espace, s’installa dans ses locaux actuels, à Alfortville, Val-de-Marne.

En 1999, au terme d’une collaboration de près d’un quart de siècle avec Luc Ferrari, David Jisse prend le relais à la direction de La Muse. Auteur, compositeur et producteur à Radio France, c’est sous sa direction que La Muse s’ouvre aux musiques autres que celles dites « sur support », musiques instrumentales et électroniques, destinées non plus seulement à la diffusion radiophonique, mais aussi au concert (il crée, en 2001, le festival « Extension ») et à l’enregistrement discographique (création, en 2010, du label « Alamuse »). C’est également sous sa direction que La Muse en Circuit devient, en 2006, Centre National de Création Musicale.

En 2013, Wilfried Wendling succède à David Jisse. Compositeur, mais aussi metteur en scène et vidéaste, c’est tout naturellement qu’il ouvre davantage encore La Muse aux formes musicales transdisciplinaires.

Les pouvoirs publics ne peuvent pas être à la traîne en ce qui concerne la création, qui seule laissera des traces dans l’avenir.
Il y a là un enjeu de civilisation : une civilisation qui ne crée pas décline et meurt.

Maurice Fleuret

La Muse en Circuit, Centre national de création musicale a pour objectif principal de permettre la conception et la réalisation d’œuvres musicales nouvelles.

Principales missions :

1. Accueillir dans ses locaux des projets de créateurs et d’interprètes et mettre à leur disposition des équipements techniques et technologiques et de l’assistance technique de haut niveau.
2. Contribuer à leurs diffusions sous forme de productions, de coproductions et/ou de programmation (concerts, performances, expositions, captations, éditions…).
3. Être à l’initiative de recherches appliquées.
4. Porter une attention particulière aux évolutions de l’art sonore et de l’art radiophonique ainsi que des nouveaux formats de diffusion numérique.
5. Initier des actions pédagogiques et de sensibilisations des publics.
6. Veiller à la conservation du patrimoine sonore.
7. Etre actif au sein de réseaux régionaux, nationaux et internationaux.

Consulter ici le cahier des missions et des charges des CNCM dans son intégralité.