Simon Fisher Turner

Simon Fisher Turner est célèbre pour son travail sur les bandes-originales de films, commencé avec les films de Derek Jarman, pour lesquels il a écrit de nombreuses partitions, de Caravagio (1986) à son dernier film Blue (1993).

prsite_simonfisherturnerCaravaggio (1986) marque le début d’une longue collaboration avec le BFI (British Film Institute), pour lequel il a récemment composé les bandes-son de 3 films muets à l’occasion de leur restauration :
– The Epic of Everest de John Noel (1924), documentaire officiel de l’expédition au destin tragique de Mallory et Irvine en 1924, bande-originale de l’année 2013 pour le magazine MOJO.
– Un Chant D’Amour de Jean Genet (1950).
– The Great White Silence de Herbert Ponting (1924), donné pour la première fois en 2010 à l’occasion du BFI London Film Festival et qui a reçu le prix de la meilleure restauration d’archive aux Focal International Awards en 2011.
Avec une carrière aussi variée et diverse que ses projets actuels, Simon Fisher Turner a commencé comme jeune acteur dans Tom Brown’s Schooldays et a depuis cette époque et jusqu’à maintenant, sorti plusieurs disques comme The King OF Luxembourg ou encore Deux Filles.
Plus récemment, il collaboré comme musicien avec le groupe Factory Floor, avec lequel il a joué à l’Institut d’Art Contemporain (ICA) de Londres en tant qu’artiste en résidence, ainsi qu’avec les artistes Paul et Nick Colk Void (Factory Floor / Carter Tutti Void) au Roundhouse, dans le cadre du festival The Pace Of Time.
Plus tôt dans l’année il a participé au projet Kizuna de Ryuichi Sakamoto et Tomoyasu Hirano – une compilation d’œuvres de différents artistes ayant pour but de collecter des fonds au profit des organisations s’occupant des récentes catastrophes naturelles et d’origine humaine au Japon (kizunaworld.org) – et notamment à la création de ce projet, intitulée Chroma, avec Shiro Takatani, au Festival de Marseille. Parmi ses prochaines collaborations, on peut citer Atom Eye, avec qui Turner a déjà travaillé pour le CD The Otolith Sessions, et le nouvel album de Rainier Lericolais. Il poursuit en même temps son travail personnel DEADMENCANTRUN, un projet sonore en cours basé au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.