Quatuor Diotima

Fondé par des lauréats des conservatoires de Paris et de Lyon, le Quatuor Diotima est aujourd’hui l’une des formations les plus demandées au monde.

© Molina Visuals

Il prend son nom de l’œuvre de Luigi Nono Fragmente-Stille, an Diotima, affirmant ainsi son engagement en faveur de la musique de son temps. Le Quatuor Diotima est le partenaire privilégié de nombreux compositeurs majeurs tels que Helmut Lachenmann, Brian Ferneyhough, Toshio Hosokawa, et il commande régulièrement de nouvelles pièces à d’éminents compositeurs de tous les continents parmi lesquels Alberto Posadas, Gérard Pesson, Emmanuel Nunes ou encore James Dillon. Le Quatuor ne néglige pas pour autant le répertoire classique du quatuor à cordes, portant une attention particulière aux derniers quatuors de Beethoven, à la musique française et au répertoire du début du XXe siècle. Leurs interprétations sont régulièrement saluées par la presse internationale tels que Le Monde, Le Figaro, El Pais, The Independant, The Guardian, BBC Magazine, Die Zeit, Tagesspiegel, New York Times, New Yorker, Toronto Star and China Daily.

Depuis sa création, le Quatuor Diotima s’est produit sur la scène internationale et a joué dans la plupart des festivals et séries de concerts européens (Philharmonie et Konzerthaus de Berlin, Reina Sofia Madrid, Cité de la musique Paris, Konzerthaus de Vienne etc.). Il réalise régulièrement des tournées aux Etats-Unis, en Asie (Chine, Corée, Japon) et en Amérique du Sud (Colombie, Argentine, Brésil, Pérou, Chili…).

Lauréat de plusieurs concours internationaux (concours de Londres, Berlin), le Quatuor Diotima est soutenu par la DRAC Centre, la Région Centre, et reçoit régulièrement le soutien de l’Institut Français, de la Spedidam, de Musique Nouvelle en Liberté, du Fonds pour la Création musicale, de l’Adami ainsi que de mécènes privés.

Le répertoire du Quatuor Diotima s’étend de Beethoven, Schubert aux compositeurs les plus contemporains et les musiciens s’illustrent en particulier par leur travail sur le début du XXe siècle et certaines pièces des 50 dernières années. Le Quatuor Diotima a, en effet, fait le choix de jouer des créations contemporaines et des créations du répertoire du XVIIIe au début du XXe siècle pour aider l’écoute et ouvrir de nouvelles perspectives au public.

Son premier disque (Lachenmann/Nono) a reçu le Coup de cœur de l’Académie Charles Cros ainsi qu’un Diapason d’or de l’année 2004 dans la catégorie « Découverte ». Sa discographie inclut les deux quatuors de Janacek (Diapason d’or 2008), les quatuors de Lucien Durosoir (Choc du Monde de la musique), le concerto pour quatuor et orchestre de Schœnberg (MDR Leipzig), le cycle d’Alberto Posadas Liturgia Fractal (Kairos, Diapason d’or 2009), l’œuvre pour quatuor de Toshio Hosokawa (Neos), un disque Chaya Czernowin (Wergo) et un album avec Thomas Larcher (ECM). Son enregistrement des quatuors d’Onslow, paru en 2009 chez Naïve, a été un grand succès critique (Diapason d’or, Événement du mois de Diapason, Excepcional de Scherzo…). Après cette première collaboration autour d’Onslow, le quatuor enregistre désormais en exclusivité pour Naïve son répertoire classique, dont un CD consacré aux trois grands compositeurs de la Deuxième Ecole de Vienne (Schœnberg, Berg, Webern) dans les œuvres pour quatuor et voix, qui a rencontré un très grand succès. Leur nouvel album dédié à la « Musique américaine » : Steve Reich – Different trains, George Crumb – Black Angels, et le quatuor de Samuel Barber, récompensé par un Diapason d’Or de l’année 2011. En outre, après le quintette de Schubert la saison passée, salué par New York Times, le Quatuor Diotima enregistre, entre autre, en 2014 un coffret de l’intégrale de la 2nd Ecile de Vienne pour quatuor à cordes pour Naïve.